Parution : 9 mai 2017
Féminisme

Je suis choqué par ses excès, surtout quand il s’engage sur des terrains qui ne sont pas les siens, et où il n’a rien à y faire. Ainsi, dans la soirée du 15 avril dernier, j’ai vu sur Arte un intéressant documentaire sur le Mont Athos en Grèce, « Sainte Montagne » où vivent des moines orthodoxes, et où depuis un décret de 1046 les femmes n’ont pas le droit de pénétrer. J’ai eu la curiosité de voir la présentation de cette émission dans Télérama. J’y ai lu un éreintement en règle de ce programme, sous la plume d’une journaliste femme, Hélène Rochette. Voici comment elle termine son article : « Mes bien chères sœurs, qui escomptiez peut-être un passe-droit pour infiltrer les secrets de la citadelle interdite, épargnez-vous la visite chez les cénobites sentencieux. » (n°3509, p.82)

1 commentaire
En pied de l'article.

Le rôle d’un journaliste présentant une émission est de se cantonner à la juger selon des critères dont elle relève, esthétiques, historiques, etc., mais sûrement pas idéologiques. Or c’est bien ce qu’a fait cette dame : ce qui l’a choquée d’abord est que les femmes n’ont pas accès au Mont Athos, et il est facile de voir que tout le reste de son appréciation découle uniquement de cela. C’est intellectuellement très malhonnête.
Personnellement voir une émission sur un couvent de femmes cloîtrées et interdit aux hommes, non seulement ne me choquerait pas, mais a priori m’intéresserait. Il me plairait de voir les motifs qui ont poussé à cette réclusion et à cette séparation, et je ne serais pas le moins du monde scandalisé par cet état de choses ni ne voudrais le changer. Les choix humains sont innombrables, et chacun a ses raisons propres.
Notre journaliste aurait mieux fait, pour éclairer ses lecteurs, d’enquêter sur l’encratisme chrétien, par exemple sur la phrase de saint Paul selon laquelle « Il est bon pour l’homme de ne pas toucher de femme » (1 Corinthiens 7/1). Mais l’ignorance journalistique est souvent très grande, et il est plus facile de s’insurger sur ce qu’on n’approuve pas, que d’en chercher les raisons et les motifs.

1 commentaire
Féminisme 13 mai 14:46, par Françoise

Je ne suis pas d’accord avec vous, Michel, car cette séparation entre hommes et femmes, est à la base de la justification de la violence religieuse comme la violence tout court, faite aux femmes (discriminations, violences physiques, sexuelles, psychologiques, humiliations diverses).
C’est valable dans le christianisme comme dans le judaïsme, comme dans l’islam.
L’encratisme est également partagé à ce sujet par les trois religions. Pour le plus grand malheur des femmes depuis des temps immémoriaux. Et ça continue...

Donc le féminisme a raison de dénoncer ces lieux qui participent pleinement à justifier la violence faites aux femmes mais aussi à les maintenir en infériorité de statut par rapport aux hommes.

Et vous ne pouvez pas mettre en parallèle un monastère masculin avec un monastère féminin.
Le premier se situe toujours dans la hiérarchie religieuse comme supérieur aux congrégations féminines, parce que masculin.
Le second n’est qu’un organisme vassal des congrégations masculines et au service du clergé masculin.

Il n’y a pas de statut égal entre les deux formes de congrégations. Mais la domination d’une congrégation sur l’autre.

Donc forcément, vous n’aurez pas la même impression en regardant un documentaire sur un couvent de carmélites par exemple, parce que vous savez très bien que ces carmélites sont infériorisées hiérarchiquement au sein du clergé.
Et qu’elles sont aussi au service de l’idéologie masculine cléricale.
Ce qui ne vous pose aucun problème moral puisque vous êtes un homme. D’autant moins que vous vivez (tout comme moi) dans une société patriarcale où la domination masculine est toujours d’actualité. Et où les femmes sont toujours maintenues sous plafond de verre.

Je vous renvoie à ce sujet au discours d’introduction de Choderlos de Laclos sur son essai "des femmes et de leur éducation". C’est certainement un des seuls intellectuels à avoir reconnu que l’homme masculin est incapable de pouvoir comprendre et soutenir les femmes face à la discrimination de genre qu’elles subissent, puisque étant dans un rapport de domination arbitraire vis à vis d’elles.

Les femmes ne peuvent donc compter que sur elles-mêmes pour en finir avec ces discriminations et ces violences. Et croyez bien que nous en avons pleinement conscience, au moins pour une partie d’entre nous.

repondre message

- Dans la rubrique: Le blog du Sacristain

L’ouvrage de Michel Théron Théologie buissonnière – Notions fondamentales de culture religieuse, paru initialement chez Golias, est maintenant disponible en version électronique, avec enrichissements multimédias (700 pages, 9,99 euros) 

Michel Théron
Parution : 20 juin 2017
Parution : 13 juin 2017
Parution : 30 mai 2017
Parution : 24 mai 2017
Parution : 16 mai 2017
Parution : 2 mai 2017
Parution : 26 avril 2017
Parution : 19 avril 2017
Le site de l'auteur : le blog de Michel Théron
| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune