Parution : 16 juin 2017
Surprises de l’été à Rome : vers un nouveau dogme marial

C’est « Crux », le média nord-américain catholique en ligne financé par les Chevaliers de Colomb, qui l’a révélé le 7 juin dernier : l’été pontifical pourrait être plein de « surprises »1. Trois intervenants bien informés en général - Austen Ivereigh, apologète bergoglien ; Charles Collins, rédacteur en chef de « Crux » et membre de la rédaction de Radio Vatican ; John Allen, éditorialiste de « Crux » - participaient à une émission de radio catholique dans laquelle ils évoquèrent trois surprises que nous réserverait François lors du prochain été. L’on sait, en effet, que le pape jésuite ne prend jamais de vacances (surtout pas à Castel Gandolfo transformé en musée) et que son prochain voyage ne se déroulera qu’en septembre en Colombie. D’ici là, François nous mijoterait des surprises. Un spécialiste dans le genre.

230 commentaires
En pied de l'article.

Dans l’intervalle où nous publions deux résumés – à grands traits, encore une fois, imparfaits et sans doute difficiles pour certains lecteurs – du Dimanche en déroute de François Wernert (cf. Golias Hebdo n° 482 et 483), nous arrivaient différentes nouvelles d’ici et là sur le traditionalisme rampant qui gangrène l’Église en France, en faisant croire que les curés en soutane et l’idéologie qui va avec seraient des sortes de super-héros permettant de sauver le système médiéval qui structure toujours notre Église. En lisant ces différents faits, on ne pouvait que penser au bon mot de Pierre Dac : «  L’avenir de Monsieur est devant lui, et il l’aura dans le dos à chaque fois qu’il fera demi-tour. » Pareillement pour l’Église qui ne cesse de regarder l’avenir en jetant un œil énamouré sur son passé, sur ce qui faisait sa gloire jusque dans sa représentation. C’est le but du traditionalisme, devenu une norme ecclésiale, qui ne choque plus personne ou presque. Au fait, qu’est-ce que le traditionalisme ? Selon le grand spécialiste du christianisme nord-américain J. Pelikan (1923-2006), «  la foi morte des vivants » qu’il oppose à la Tradition, « la foi vivante des morts  »(1). L’Église hiérarchique a choisi – plutôt que de s’interroger, d’inventer, de créer – de faire sien ce traditionalisme, de proposer une foi morte aux vivants d’aujourd’hui.

Ainsi, dans les diocèses d’Aix-Arles et Tulle, les évêques – NN. SS. Dufour et Bestion – ont décidé d’appeler à la rescousse la Communauté Saint-Martin, selon deux publi-reportages de La Croix(2) (06/06 et 08/06). Pour quelles raisons ? Le manque de prêtres, le but étant de sauver ce qui ne peut plus l’être, retarder l’inévitable, un peu comme le condamné réclamant une minute de plus au bourreau. Selon l’évêque de la Corrèze, que cette perspective horrifie, « nous avons ici des jeunes qui n’ont jamais vu un jeune prêtre… » C’est peut-être préférable quand on voit et entend ce que ces « jeunes prêtres » (dans leur grande majorité) peuvent véhiculer. Qu’importe, la Communauté Saint-Martin – qui choisit les diocèses où elle s’implante, étudiant en amont les orientations pastorales diocésaines (quel renversement de perspectives !) afin de déterminer si elles concordent ou non avec ses propres visées – prendra en charge en Corrèze la famille et les jeunes ! Il s’agit d’une mauvaise nouvelle. Nous savons bien ce que donnent ces curés : ainsi à Bayonne-Lescar et Oloron, Mgr Aillet, issu de cette même communauté, ne cesse de faire rappeler par ses porte-flingues que c’est lui le « boss », que les curés sont des « rois » dans les paroisses, que les laïcs qui ne sont pas d’accord avec eux doivent se soumettre. L’Église pyramidale dans toute sa splendeur !

La Communauté Saint-Martin n’est pas la seule à sévir ; l’Institut du Bon Pasteur (IBP) – des lefebvristes affiliés à l’abbé Laguérie rattachés à Rome – et les curés qu’elle a formés, aussi. Tel le P. Spinoza – qui l’a quitté depuis pour créer en 2013 la Fraternité enseignante des Cœurs de Jésus et de Marie (FECJM) –, vieille connaissance puisqu’il fut l’un des héros de l’émission « Les Infiltrés » sur France 2 en 2010, consacrée aux enseignements bordelais de cet établissement «  à l’extrême droite du Père »(3). Le P. Spinoza était « directeur pédagogique » de l’école Saint-Projet au cœur de la polémique en raison des horreurs antisémites et extrémistes enseignées aux élèves. Il a créé – avec l’aide de l’IBP qui était propriétaire du bâtiment – une école nommée « L’Angélus », dans le Cher ; enfin, plutôt une maison de corrections si l’on en croit les faits de « maltraitance et [d’]agressions sexuelles  »(4) évoqués par le procureur de la République début juin. Depuis, l’école est fermée, mais cela interroge sur le discernement épiscopal : Mgr Maillard, archevêque de Bourges, a en effet incardiné ce prêtre à son diocèse en 2015 et a reconnu en juillet dernier le caractère catholique de cet établissement où l’on ne célébrait que le rite ancien et où régnait une discipline de fer ! Voilà où nous en sommes : la hiérarchie est complètement dépassée et s’est laissée submerger par la chute des vocations. Et au lieu de réfléchir sérieusement à la situation, elle préfère se tourner vers ces communautés prétendues dynamiques mais qui n’attirent que des nostalgiques d’un passé révolu qu’ils n’ont pas connu.

La situation des chrétiens de Blois nous semble par ailleurs particulièrement préoccupante. Il ne s’agit pas là de communautés intégrisantes mais d’un prêtre diocésain nullement effrayé par le traditionalisme – loin s’en faut et il n’est pas le seul –, et ceci avec la bénédiction de son évêque, Mgr Batut, lequel n’hésite pas à comparer sans nuance Golias à Minute ! Un évêque fin comme du gros sel dans une boîte à sucres. Là-bas, ce sont les filles qui sont stigmatisées : elles ne sont plus acceptées auprès de l’autel, « ‘‘puits de la grâce’’ qui met en communication avec le ciel  », mais à sa périphérie : le service de l’autel est masculin car il mène au « sacerdoce  », selon la formule consacrée, donc exit les filles que, de toute façon, ces prêtres ne calculent même pas (ils n’ont aucune idée de la femme, qu’ils regardent uniquement comme des mères en puissance). Néanmoins, une place au premier rang est réservée à ces vilaines, lesquelles sont revêtues d’une cape blanche. De fait, ce prêtre blésois « pense que l’égalité homme-femme, faussée par la société civile, et la doctrine de l’égalitarisme politique, est périlleuse lorsqu’elle devient le prisme d’appréhension des réalités ecclésiales », selon l’échange épistolaire qu’il eut avec des chrétiens. En bref, cet enseignant à l’Institut d’études religieuses de la Catho de Paris, proche des milieux monarchistes, est un adepte de la discrimination homme-femme, pourtant hors-la-loi ; un chef d’entreprise se comportant de la même manière se retrouverait illico presto devant un tribunal… Les chrétiens de Blois ont saisi la rédaction de Golias et nous relayons leur alerte bien volontiers car de nombreuses communautés connaissent ces dérives préconciliaires : aux chrétiens de se battre contre ces fous de Dieu, qui veulent les enfermer dans un rite comme s’ils pouvaient le canaliser en instillant çà et là des aberrations liturgiques au nom d’une vision ecclésiale décatie. Le prêtre n’est rien sans les chrétiens, sans la communauté fraternelle qu’ils constituent.

Mais il faut dire aussi qu’il n’est qu’une femme idéale aux yeux de ces ayatollahs : Marie. Et cela tombe bien. François s’apprête en effet à enterrer Vatican II en proclamant d’ici peu un cinquième dogme marial (annoncé cet été, selon les bruits romains) : celui de «  médiatrice, co-rédemptrice et avocate  », réclamé à cors et à cris par la minorité conciliaire puis par les ultra-conservateurs nord-américains. Inutile de dire que ce dogme aurait des répercutions œcuméniques considérables, qu’il déchirerait encore plus la fameuse «  tunique sans couture », qu’il se trouve en totale inadéquation avec les propres mots du pape argentin le 9 juin au Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux au sujet des femmes qui « [auraient] pleinement le droit de s’insérer activement dans tous les domaines »(5), même ecclésial. Qu’importe ! François n’est plus à une contradiction près ; ses curés tradis pas davantage. Golias Pour aller plus loin : http://golias-editions.fr/article5472.html

1. J. Pelikan, La Tradition chrétienne. Histoire du développement de la doctrine, Paris, PUF, 1994, t. I, p.9-10.

2. http://www.la-croix.com/Urbi-et-Orbi/Actualite/Carnet/communaute-Saint-Martin-simplante-deux-nouveaux-dioceses-2017-06-06-1200852888 (article payant) et http://www.la-croix.com/Religion/Catholicisme/France/Comment-les-pretres-de-la-communaute-SaintMartin-simplantent-dans-les-dioceses-de-France-2017-06-08-1200853425 (article payant)

3. Toujours visible ici : https://www.youtube.com/watch?v=I5BewjNASBQ

4. http://www.leberry.fr/presly/faits-divers/justice/2017/06/03/labbe-spinoza-pretre-traditionaliste-et-directeur-decole_12429689.html

5. http://www.news.va/fr/news/le-pape-francois-encourage-les-femmes-a-investir-d

230 commentaires
Les chrétiens de Blois 25 juillet 15:28, par Alexis

"Les chrétiens de Blois ont saisi la rédaction de Golias"
Peut être eût-il été plus approprié de dire "des chrétiens de Blois" ? Je dis "approprié" mais je pense "honnête" !

repondre message

DANGER pour l’église catholique romaine !

Aux dernières nouvelles, un nouveau dogme marial, tel que celui proposé << médiatrice, co-rédemptrice et avocate >>, c’est à dire celui utilisé par le Renouveau Charismatique déclencherai une série d’actions judiciaires , non seulement en France, mais aussi en Belgique, et même au Canada pourtant laxiste, et dont je connais bien la situation par le séjour que mon fils y a fait.
Ce serai un énorme scandale pour cette église.

L’étau se resserrant de plus en plus sur le Renouveau et les intégristes traditionnalistes, peut être ont-ils essayés cette solution pour contourner le danger qui les guette.
Mais en fait, sur le terrain et en pratique, c’est l’inverse qui se produira pour diverses raisons nationales et internationales confidentielles.
Ces extrémistes fondamentalistes sont vraiment dangereux pour l’église catholique romaine.

Et surtout pour ceux qui les aident et soutiennent en France...Ils risquent gros...Très gros !

repondre message

Que de miracles ... 28 juin 18:53, par eliane

http://sante-medecine.journaldesfemmes.com/faq/171-tomber-enceinte-sans-penetration
Le fait que Marie mère de Jésus soit tombée enceinte tout en restant vierge n’est donc pas un miracle .Le fait que l’église dise qu’il y a eu l’intervention du saint esprit est donc une grosse supercherie tout comme le fait que certaines personnes disent qu’elle est restée vierge toute sa vie .
Qu’en disent d’ailleurs les évangiles ? ? ? .

repondre message

Surprises de l’été à Rome : vers un nouveau dogme marial 24 juin 09:31, par professeur Tournesol

Il faudra voir si ses informations sont avérées.
Que François, qui s’est présenté comme "évêque de Rome" adepte de la collégialité, se mette à proclamer des dogmes à la manière de pie IX et Pie XII cela me paraît contradictoire. Mais ce pontificat est bien surprenant.
On peut constater que même le très marial JP II n’est pas allé jusque à proclamer ce genre de dogme.

repondre message

S’il y a une chose que cet article démontre, c’est que son auteur n’a strictement rien compris au traditionnalisme.

Ce dernier consiste moins en un retour à un passé dépassé et révolu, que dans la réaffirmation de la double mission de l’Eglise : la gloire de Dieu et le salut du monde.

Je ne donnerais pas plus mon avis sur cet article de crainte d’aller à l’encontre de la charité chrétienne. Mais il me semble que nourrir des clichés à l’encontre des tradis ne va pas dans le sens de l’unité, ni de la charité.

Ce qui me frappe depuis que je suis sur ce forum, c’est la triple obscession contre l’Eglise, les tradis et la Sainte Vierge. Ce n’est pas pour offenser les rédacteurs de Golias, mais vous n’avez rien d’autre à nous servir ? Parce que selon moi, s’il y en a qui sont dans la réaction, c’est bien vous ...

repondre message

Ce que vous décrivez ne m’etonne pas !
Et malheureusement ce n’est pas fini.

La hiérarchie peut difficilement dire qu’elle n’était pas au courant et même au courant elle s’en fiche.

repondre message

Bonjour, Vous revenez sur le problème « Aillet » . La première question que je me pose est : qu’est ce qu’un évêque, sa mission, ses prérogatives ?
http://www.eglise.catholique.fr/conference-des-eveques-de-france/guide-de-leglise/eveques/371560-la-mission-de-leveque/
.
La seconde question est celles des gardes-fou qui, entourent sa mission.
.
Les croyants catholiques on souvent beaucoup de mal à prendre du recul, a analyser les situations, le plateau sur lequel on leur sert le repas.
Comment voulez-vous le faire lorsque l’on croit « que Dieu nous donne à travers l’Eglise ce qu’il nous faut. Que chaque Pape, Evêque est un don de Dieu pour un temps donné, une période donnée ? » .
.
On passe alors sans problème d’un Jean-Paul Vincent à un Pierre Molères puis à un Marc Aillet . Comme dans une secte en 8 ans et demi on est lobotomisé prit dans une toile comme une araignée.
.
Est-ce sain, normal qu’un évêque qu’il soit de droite de gauche tradis ou non, s’imprime dans toutes les pages de son diocèse ? Est-ce sa vocation, sa mission ?
Si oui, pourquoi tous les diocèses ne sont ils pas ainsi ? Pourquoi tous les évêques n’ont-ils pas défilé en maxi robe noire bordée de rose agrémentée d’un petit calot rose à la manif pour tous ?
.
Lorsque l’on voit certaines dérives dans l’Eglise avec des meneurs d’hommes comme frère Ephraim, et bien d’autres manipulateurs de foules,
Lorsque l’on voit à la télévision un Hanouna avec ses fanzouzes,
Lorsque l’on voit en politique un Fillon manipuler des milliers de « braves citoyens » et même ses proches
Ne peut-on pas, n’a-t’on pas le devoir de s’interroger sur la personnalité de tous les meneurs d’hommes ?
A la manière de « cash investigation » ne peut-on pas convier à la table de la raison le philosophe, l’historien, le théologien…… avec le psychiatre,le psychanalyste, le psychologue, le sexologue ? Ne peut-on pas se poser des questions sur des personnalités dominantes ? Que cachent-t-elles ? Pourquoi ont-elles besoin de laisser leurs empreintes partout ?
Pourquoi acceptent-on aussi de leur faire allégeance ? De faire allégeance à des personnes dont on ne sait rien, sinon qu’une autorité religieuse leur a confié une mission. Cette autorité est-elle sans faille ?
Il suffit de se pencher sur « l’Histoire de la pédophilie » dans l’Eglise pour voir qu’il n’en est rien. Sans la pression des corps extérieurs les bagnes pour enfants perdureraient, et la pédophilie aussi.
.
Dernièrement, « chez Aillet » : je me suis retrouvée en famille, au lendemain d’un mariage. En l’absence des mariés, j’ai entendu l’interrogation de tous autour du curé : un intégriste. C’était une évidence. Lorsque j’ai expliqué que non, ce brave aristo (un vrai !) était le curé officiel de la paroisse je ne suis pas sûre d’avoir été crue. J’ai expliqué que dans ce diocèse les rues voyaient fleurir ces soutanes virevoltantes, que de dos on pouvait y confondre une religieuse avec une musulmane. Les regards se sont montrés horrifiés et dubitatifs. Cet être supérieur, désincarné à vite été balayé. Chacun, peut-être pour se rassurer, s’est tourné vers l’image du prêtre accompagnateur de vie, ami, confident, et humain qu’il connaît surtout humain.
.
Toutes ces personnes vivent dans la vraie vie. Elles travaillent, assument parfois des responsabilités au moins celle d’être parents. Elles ont passé l’age des chimères et des doudous. Elles n’ont pas besoins d’amulettes. Le prêtre magicien désincarné, supérieur, ne semblait pas leur parler mais les inquiéter.

repondre message

Je ne vois pas du tout en quoi ce « nouveau » dogme marial mettrait en question Vatican II, à moins de comprendre ce concile comme un reniement de la tradition catholique — ce qui donnerait raison aux « intégristes » de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X. Le culte de la Vierge Marie, avec toutes les connotations sexistes que ses détracteurs peuvent imaginer, est complètement traditionnel dans l’Église catholique. La supériorité spirituelle de la virginité sur le mariage est une question qui a été traitée dans le concile de Trente, lequel n’a jamais été abrogé et ne le sera jamais, car ses définitions dogmatiques étaient formulées ex cathedra. Mais faut-il faire remarquer qu’opposer un concile à un autre est, théologiquement, une absurdité ? On ne peut opposer à la vérité que l’erreur. S’il se trouvait dans Vatican II des choses contraires à l’enseignement du magistère antérieur de l’Église catholique, il faudrait simplement reconnaître que ce concile n’en était pas un, mais une parodie de concile. Car, dans une tradition, c’est toujours le nouveau qui doit s’ajuster à l’ancien, et non l’ancien qui doit être délaissé et proscrit au bénéfice du nouveau.

repondre message

Ca devient de pire en pire au niveau clérical.
Comme disait le sapeur Camembert, quand les limites sont franchies, il n’y a plus de limites...C’est tout à fait ça !
On assiste à des aberrations venant de l’ensemble du clergé jusqu’à F1, des dérives de plus en plus graves aussi.

Finalement, le reportage de Cash Investigation a dû décomplexer le pape. Puisque désormais il est vu pour ce qu’il est, lui aussi à double visage et double discours, autant aller toujours plus loin dans l’absurde.
Et c’est ce qu’il fait.

Le nouveau dogme marial doit être lié aux désirs du Renouveau Charismatique. S’il veut accorder une prélature à l’Emmanuel, il faut qu’il entre aussi dans les réclamations de l’organisation charismatique qui a fait des apparitions mariales une de ses principales activités financières et statutaires. Et vous verrez qu’il accordera une prélature aussi aux Béatitudes qui fonctionnent autour du même marché, avec en plus les retraites psycho-spirituelles. Comme ça, l’ICCRS aura toute latitude d’action sans risquer des représailles judiciaires et pénales pour activité sectaire.

La raison politique l’emporte toujours aussi largement qu’autrefois sur la question de l’intérêt général. Même au regard des crimes commis.
Le changement dans la continuité si l’on peut dire.

Ce qui me fait rire, c’est le discours d’opposition au cléricalisme de F1, alors que dans les faits, il cherche à protéger le système clérical par tous les moyens y compris les plus contre nature.
Mais c’est pas grave !
Comme vous le dites très bien, il n’est plus à une contradiction près.

Quand il aura épuisé toutes les possibilités d’alliances cléricales contre nature, le Vatican ira chercher des sectes pseudos cathos, façon Témoins de Jéhovah, église palmarienne.
Pour maintenir le système, je crois malheureusement que l’institution ne reculera devant rien.
Peu leur chaut que le discours idéologique et la pratique se radicalisent de plus en plus. Ce n’est même plus leur problème.

Je ne sais pas vous, Golias, mais de mon côté, je trouve que cette fuite en avant effrénée cléricale vers la désintégration complète, a quelque chose de profondément pathétique et inquiétant.

repondre message

L’Eglise continue sa marche sans vous. Vous êtes resté sur le quai ...
Ce que vous appellez le mouvement tradi est soit une réaction êpidermique à la nouveauté, soit le signe d’une Renaissance de l’Eglise. La vitalité et la profondeur de ce mouvement semblent confirmer la seconde solution. En effet, s’il y a un camp qui vieillit et qui perd du terrain, c’est bien le vôtre ...

repondre message

Inutile de dire que ce dogme aurait des répercutions œcuméniques considérables, qu’il déchirerait encore plus la fameuse « tunique sans couture »
- 
Certes , mais ne sont-ce pas les "protestants" " anglicans" qui commencérent
- Nommer des femmes pasteurs
- Nommer un évêque homosexuel
- Nommer une femme evêque
- 
Ce n’est plus une tunique sans couture cela devient le manteau d’Arlequin

repondre message

Si chacun de nous prend le temps de parcourir la Bible,il trouvera toutes les reponses
En ce qui concerne Marie epouse de Joseph,dans mathieu 1.25,il est clairement stipule qu elle est restee vierge jusqu a la naissance de son premier ne Jesus,et qu ensuite elle a eu des rapports sexuels avec son mari joseph
Pourquoi les cathos n acceptent pas le mariage consomme entre Marie et Joseph ??????????????,

repondre message

Vous savez les contradictions de l’Église je fais partie des personnes qui s’en fichent !

JP2 a l’air atteint de la maladie du buzz, ce n’est pas un énième dogme qui va arrêter l’hémorragie !

Et ce n’est pas les femmes qui vont sauver la mise à part quelques cruches que cela peut intéresser !
Le côté je vous laisse la place on y arrive plus ! Gardez vos prérogatives !

repondre message

- Dans la rubrique: L’info du jour de GOLIAS
| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune