Parution : 27 juin 2017
Vampirisme

Une version à peine métaphorique vient d’en être donnée par l’entreprise californienne Ambrosia LLC, qui propose à ses clients, pour la somme de 8.000 dollars, une transfusion de sang provenant d’un sujet jeune, qui pourrait ainsi ralentir le vieillissement du receveur. Elle mise sur une discipline scientifique peu connue appelée parabiose, déjà étudiée chez les souris, qui explore la possibilité que le sang jeune transfusé chez une personne âgée puisse inverser les symptômes du vieillissement. Ce plasma vient donc d’adolescents et de jeunes adultes, âgés maximum de 25 ans. Pour les clients, il faut avoir 35 ans minimum, mais le directeur de l’entreprise confirme que la plupart sont proches de la retraite (Source : mashable.france24.com., 02/06/2017).

1 commentaire
En pied de l'article.

Cela signifie donc vider des adolescents de leur sang au profit des personnes âgées. Deux remarques alors viennent à l’esprit. D’abord cette obsession de l’allongement de la vie, très répandue dans la Silicon Valley, qui sous-tend aussi le mouvement transhumaniste, montre la déraison ou l’hybris de l’homme occidental : la mort en tant que destin inéluctable n’est plus acceptée, et on ne voit pas quelle borne pourrait être mise à cette ambition dont l’horizon est l’immortalité.
Ensuite, et c’est sûrement plus grave, on voit avec horreur se développer une société duale, où les riches prospèreront sur la détresse des pauvres, se nourrissant littéralement de leur substance. On connaît le cas de la comtesse Erzsébet Báthory, qui pour garder une éternelle jeunesse se baignait dans le sang de vierges : l’histoire en est racontée dans le film de Julie Delpy, La Comtesse (2009). Mais aussi je pense au film prémonitoire d’Alain Jessua, Traitement de choc (1973), où une clientèle fortunée séjournant dans une clinique de luxe profitait du sang prélevé sur de pauvres ouvriers portugais employés dans cette institution.
Ne sourions pas des fictions fantastiques et des visions d’horreur, telles celles concernant les Vampires. Elles peuvent bel et bien se réaliser.

1 commentaire
Vampirisme 1er juillet 17:10, par Françoise

Bonjour Michel

Malheureusement, ce genre de chose a toujours existé.
L’anthropophage qui mange certaines parties du corps de l’ennemi pour tenter de s’attribuer ses qualités, c’est un classique depuis la Préhistoire.
Les sacrifices humains des mayas, ceux des puissants et notamment de nouveaux-nés pour effacer la vieillesse, ça se pratiquait depuis le Moyen Age et jusqu’au 17ème siècle.

L’humain veut pouvoir disposer toujours de ce qui lui fait défaut. Peu lui importe de devoir tuer, torturer, violer, réduire en esclavage l’autre.
Aujourd’hui où le rapport de force des plus riches est de retour sans contrepouvoir ou presque, on retrouve ce no-limites des pouvoirs totalitaires et monarchiques.
Et donc, si peu qu’on ait l’argent, il redevient possible d’utiliser les ressources du corps de l’autre, du pauvre de préférence, de celui qui ne peut pas se défendre ou qui ne peut pas refuser par manque d’argent.

A nous de dénoncer ces manoeuvres et de nous y opposer fermement de façon citoyenne.
Les plus riches ont certes l’argent mais nous sommes les plus nombreux. Nous pouvons donc par le nombre rétablir l’équilibre en nous mobilisant pour faire cesser ces horreurs.

J’avais justement par le biais de Julie Delpy, appris les meurtres, les tueries de cette comtesse hongroise.

Mais en France, nous avions un siècle plus tard je crois, la Voisin, qui via la magie noire, pratiquait des sacrifices rituels de nouveaux-nés en garantissant que le sang de ces bébés préserverait les courtisanes (dont la Montespan paraît-il) de la vieillesse et de la déchéance auprès du roi et de ses ministres.

Qu’aujourd’hui certains vieillards riches pensent gagner quelques années en étant transfusés par du sang d’enfants ou d’ados, ne m’étonne même pas.

Ce n’est pas seulement la peur de la mort, du vieillissement, mais aussi l’envie de pouvoir repousser les limites de la rentabilisation humaine. Une sorte de super jouissance comme d’avoir des esclaves à ses pieds.

On voit qu’aujourd’hui les chercheurs en robotique veulent remplacer le travail de production industrielle par des robots (et c’est déjà le cas pour différentes industries dont l’industrie automobile), il faudra bien trouver pour les très riches une rentabilisation des humains autre que la production d’objets manufacturés.
On a déjà commencé à voir la vente d’organes prélevés sur des vivants pauvres. On voit de plus en plus la location d’utérus de femmes pauvres pour porter physiquement les enfants des femmes riches...La marchandisation des corps est donc tout à fait d’actualité. Qu’on marchande le sang va totalement dans l’esprit de l’époque.

C’est à pleurer tellement c’est ignoble.
J’ose espérer que comme contre d’autres tentatives de marchandisation, nous pourrons nous y opposer politiquement et au plan citoyen.

Bon week-end, Michel !

repondre message

- Dans la rubrique: Le blog du Sacristain

Le dernier livre de Michel Théron, Sur les chemins de la sagesse, est disponible sur commande en librairie, ou directement sur le site de son éditeur BoD https://www.bod.fr/livre/michel-theron/sur-les-chemins-de-la-sagesse/9782322080823.html (248 pages, 9,99 euros)

Michel Théron
Parution : 15 novembre 2017
Parution : 8 novembre 2017
Parution : 24 octobre 2017
Parution : 18 octobre 2017
Parution : 11 octobre 2017
Parution : 6 octobre 2017
Parution : 2 octobre 2017
Parution : 27 septembre 2017
Le site de l'auteur : le blog de Michel Théron
| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune