Parution : 13 juillet 2017
Stupidité

Il semble que, comme la bêtise, elle n’ait pas de limites, et nous donne véritablement l’idée de l’infini. Ainsi à Vilnius, en Lituanie, vient de se tenir comme tous les ans une course de bébés. Les participants avaient entre 9 et 12 mois, la règle étant que « le bébé ne sache pas encore marcher ». Les « coureurs » devaient donc ramper de la ligne de départ jusqu’à la ligne d’arrivée, où les attendaient des parents et grands-parents qui les stimulaient en agitant des appâts, comme des peluches, des ballons, des pièces de lego ou même (signe des temps !) des télécommandes de télévision ou des téléphones mobiles. La course a été lancée en 1999 afin de « sensibiliser le public au droit de l’enfant » (Source : Le Parisien/AFP, 01/06/2017).

3 commentaires
En pied de l'article.

Certains bébés, nous dit-on, ont tout de même décidé de snober la compétition et choisi de s’asseoir sur la ligne de départ. Mais cette sagesse en puissance ne fait pas oublier la stupidité de leurs parents. Ils ont évidemment instrumentalisé leurs rejetons pour satisfaire leur vanité. Cela me fait penser aux concours des Mini-Miss, dont j’ai déjà parlé dans Golias Hebdo (n°307), et dont il est question dans le film de 2006 Little Miss Sunshine . L’enfant ainsi utilisé justifie bien la définition qu’en donne Sartre dans Les Mots : « ce monstre que les adultes fabriquent avec leurs regrets ».
Une des règles essentielles de la morale humaine, formulée par Kant, est qu’il faut toujours traiter autrui « non comme un moyen, mais toujours comme une fin ». Nous sommes ici exactement à l’opposé. On devrait pourtant savoir que comme disait Gibran « nos enfants ne sont pas nos enfants », c’est-à-dire que s’ils viennent bien de nous, ils ne nous appartiennent pas. Ici le ridicule le dispute à l’odieux. Les concours qui ont comme base la matière humaine ont ailleurs été prohibés, tel le lancer de nains chez nous qui faisait naguère la joie de beaucoup de discothèques. Mais le pire ici, s’agissant des enfants, c’est l’argument avancé selon lequel il s’agit de « défendre leurs droits » !

3 commentaires
Stupidité 15 juillet 22:16, par Claire

bonjour Mr Théron, très étonnant ces courses de bébés comme si ils étaient de vulgaires escargots attirés par une feuille de salade. Il y a à espérer que les parents dépasseront ce comportement narcissique, qui considère leur enfant comme un faire-valoir, ou comme le centre du monde au point de l’idolâtrer et le chosifier à la fois. Ce dernier risque de se retrouver dans les pages de catalogues par correspondance pour du manequinat ou dans une exhibition de majorettes d’ici quelques années. Les compagnies de majorettes deviennent heureusement rare en France, mais existe encore à l’étranger...Nous pouvons espérer que ces parents sont jeunes et immatures, que cet enfant est leur premier, mais qu’il va rapidement leur permettre d’évoluer, en s’affirmant comme sujet (vous ne pouvez pas me forcer à dormir, à manger, et décidément non, je ne veux pas mettre ce pull qui gratte...).Espérons...

repondre message

- Dans la rubrique: Le blog du Sacristain

L’ouvrage de Michel Théron Théologie buissonnière – Notions fondamentales de culture religieuse, paru initialement chez Golias, est maintenant disponible en version électronique, avec enrichissements multimédias (700 pages, 9,99 euros) 

Michel Théron
Parution : 28 juillet 2017
Parution : 23 juillet 2017
Parution : 4 juillet 2017
Parution : 27 juin 2017
Parution : 20 juin 2017
Parution : 13 juin 2017
Parution : 6 juin 2017
Parution : 30 mai 2017
Le site de l'auteur : le blog de Michel Théron
| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune