Parution : 28 juillet 2017
Réussite (suite)

Inaugurant à Paris Station F, le plus grand incubateur de start-up au monde, notre président a déclaré : « Ne pensez pas une seule seconde que si demain vous réussissez vos investissements ou votre start-up, la chose est faite. Non, parce que vous aurez appris dans une gare, et une gare, c’est un lieu où on croise des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien. » (Source : Lepoint.fr, 02/07/2017).

Beaucoup ont relevé le mépris qu’il y a dans cette expression : « les gens qui ne sont rien », et ils ont eu raison. Car ne pas réussir, ce n’est pas être « rien ». Ce peut être simplement ne pas avoir eu de chance : en aucune façon l’échec de ce qu’on entreprend ne vaut condamnation, pas plus que sa réussite ne vaut justification. Je pense à cette « théologie du succès », variante de l’ancienne théologie de la rétribution, selon laquelle Dieu choisit de récompenser certaines personnes au moyen de la richesse, à quoi croit l’actuel président des États-Unis, et dont j’ai parlé dans le numéro 457 de Golias Hebdo. Le vainqueur est justifié par sa victoire même, et le perdant a forcément tort : sa défaite le prouve.
Peut-être les mots de notre président ont-ils dépassé sa pensée. Mais on sait très bien, depuis les découvertes de la psychanalyse, que par-delà les intentions conscientes le langage peut trahir le locuteur, en mettant au jour un habitus ou un éthos secret. C’est comme un masque qui tombe. En l’occurrence, on perçoit ici un tropisme tout à fait accordé à l’idéologie capitaliste libérale. Je pense à la formule d’un publicitaire naguère, qui avait mis pourtant ses talents à faire élire un président de gauche : « Si on n’a pas de Rolex à cinquante ans, c’est qu’on a raté sa vie. » Autrement dit : Vous êtes pauvres, c’est bien fait pour vous !
Notre président veut transposer simplement les valeurs de l’entreprise au monde politique. Il a perdu là une bonne occasion de garantir la cohésion du corps social, qu’il a mise en péril par une parole incontrôlée et dévoilant le fond de sa personnalité.

- Dans la rubrique: Le blog du Sacristain

L’ouvrage de Michel Théron Théologie buissonnière – Notions fondamentales de culture religieuse, paru initialement chez Golias, est maintenant disponible en version électronique, avec enrichissements multimédias (700 pages, 9,99 euros) 

Michel Théron
Parution : 23 juillet 2017
Parution : 13 juillet 2017
Parution : 4 juillet 2017
Parution : 27 juin 2017
Parution : 20 juin 2017
Parution : 13 juin 2017
Parution : 6 juin 2017
Parution : 30 mai 2017
Le site de l'auteur : le blog de Michel Théron
| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2017 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune