Parution : 26 avril 2018
Trombinoscope : pourquoi l’église de France fait fausse route ?

Quelle cuvée ! Plus le temps passe et plus c’est pire ! En un peu plus de dix-huit mois, entre la publication du Trombinoscope 2016-2017 et cette nouvelle mouture, la situation ne s’est guère améliorée. L’année 2017 serait presque une annus horribilis pour l’Eglise en France : de Mgr Ravel, évêque victorin aux Armées promu archevêque de Strasbourg en février à Mgr Aupetit, évêque de Nanterre promu archevêque de Paris en décembre, de la nomination du tradismatique Mgr Malle à Gap-Embrun (de la Communauté de l’Emmanuel, ancien thuriféraire du candidat François Fillon) en avril 2017 à celle, en février 2018, de son confrère Mgr Christory à Chartres, lui aussi chacha de l’Emmanuel anti-choix virulent1, aucune occasion ne nous fut donnée de sabrer le champagne, à part peut-être la nomination de Mgr Hérouard, apparatchik de la Conférence des évêques de France durant des années et qui est devenu, après un court passage au Séminaire français à Rome, évêque auxiliaire de Lille. Mais attention, pas de quoi s’enflammer…

252 commentaires
En pied de l'article.

Le plus étonnant, c’est que cela fait cinq ans que cela dure. Au niveau universel, bravo cher François ! Exceptés deux ou trois points, nous ne pouvons qu’applaudir. Mais au niveau français ? Un vrai désastre ! Des évêques nommés et promus qui ne correspondent pas à ce que les diocésains attendent, des pasteurs qui ne peuvent – avec de telles idées – porter un discours d’ouverture dont a tant besoin pourtant notre société. Certes, on pourra toujours dire : « Le pape argentin ne connaît pas les spécificités nationales dans les détails : on lui dit de signer là, il signe là… » L’épiscopat est donc à l’Église ce que la préfectorale est à l’État : un haut-fonctionnariat. Les évêques appliquent, pour beaucoup, des directives venues de Rome, certes moins dogmatiques qu’auparavant, mais tout part encore du sommet pour atteindre la base. Une autre forme de ruissellement, quelque part… Ils n’ont plus qu’une seule expression à la bouche : « disciples missionnaires ». Ce concept bergoglien – fourre-tout – permet aux esprits ouverts comme à ceux des plus fermés de se réclamer de l’évêque de Rome – c’est là son génie, d’une certaine manière. Mais pour quelle vision ? L’Église en France, au vrai, navigue à vue, traversée par maintes divisions.

Elle est prisonnière de ses propres choix et de ceux imposés par Rome depuis 1978. On a tout fait pour faire fuir les chrétiens de gauche au profit des communautés traditionnelles et charismatiques, riches en vocations presbytérales. Il s’agit d’une preuve que l’on n’a pas cherché à investir davantage les laïcs et quand on les a intégrés au système, on les a transformés en laïcs cléricalisés : des sous-curés exaspérants. Par ailleurs, ce nouveau christianisme, très à droite sur tous les plans, a transformé le catholicisme en idéologie prenant le contrepied de notre société, comme si le monde dans lequel nous vivions lui était étranger, devait être redressé. On n’a jamais demandé à l’Église de se taire et de ne pas défendre ses points de vue. Cependant, l’anticléricalisme nouveau que nous vivons prend sa source dans la volonté acharnée du clergé et de ces chrétiens réactionnaires d’imposer leurs idées aux États. Pis ! Parmi les chrétiens n’adhérant pas du tout à ce catholicisme typé, on sent monter cet anticléricalisme, nourri – de surcroît – par les affaires d’abus sexuels commis par des clercs et des religieux. La façon dont la Conférence des évêques de France (CEF) – et Rome – a géré ces histoires est indigne. On a beaucoup glosé sur l’Église chilienne et l’implication de prélats dans la protection de clercs pédophiles (cf. Golias Hebdo n° 523), mais c’est bien ce qui pend au nez des évêques de France si des décisions énergiques et emblématiques ne sont pas prises dans les semaines qui viennent.

Évoquons encore et enfin les laïcs salariés, les laïcs en mission ecclésiale (LEME), tous sacrifiés dans les diocèses pour raisons économiques et… pour continuer de pouvoir payer prêtres et séminaristes (le cléricalisme a encore de beaux jours devant lui) alors que la situation n’a jamais été aussi tragique. L’Église en France est en train de mettre en œuvre un plan social de grande ampleur, qui ferait les gros titres de la presse s’il s’agissait d’une usine appartenant à une entreprise du CAC 40. La chance des évêques, c’est que cela ne concerne que quelques unités par diocèse, ce qui a pour intérêt de lisser cette charrette de licenciements, de les dissoudre dans la masse des anonymes qui chaque jour perdent leur travail. Mais que de souffrances provoquées par des chrétiens chez des chrétiens ! Heureusement, il demeure parmi nos pasteurs des gens intelligents, qui s’intéressent à tout et aux autres, pour qui le mot « humain » signifie encore quelque chose. Mais cette livraison du Trombinoscope des évêques de France 2018-2019 nous rend pessimistes pour l’avenir. Non désespérés : face à l’idéologie chrétienne, l’Évangile demeure la meilleure arme. Notre Église marche actuellement sur des œufs, elle n’a pas encore pleinement pris conscience que cela fait plus de vingt ans qu’elle fait fausse route. Que lui faudra-t-il pour qu’elle ouvre enfin les yeux ?

[découvrez l’ensemble de notre dossier : http://golias-editions.fr/article5539.html]

1. Cf. son mot final lors de son ordination épiscopale : https://www.chartres.live/fr/videos/c-agglo/ordination-nouvel-eveque-de-chartres-796.html (à partir de 2’44’’00).

252 commentaires

Depuis cinq ans qu’il est pape, François n’a encore jamais mis le pied en France, sauf en passant, mais jamais pour une visite psstorale en bonne et due forme. Si on compare avec Jean-Paul II et Benoît XVI, c’est tout à fait remarquable comme dédain. La conclusion s’impose : votre pays ne l’intéresse pas, même si c’est "à côté" ou presque de chez lui, à Rome. Évidemment, le fait qu’il ne parle pas couramment la langue du pays n’aide pas : et je conçois mal que les Français accepteraient d’aussi bonne grâce que les Américains, lors de son voyage aux USA, qu’il prononce les trois quarts de ses discours en espagnol. Or, à mon avis, ce désintérêt a pour conséquence que le pape suit moins attentivement les nominations épiscopales françaises et, dans ces dossiers qui lui semblent moins cruciaux, laisse probablement la bride sur le cou au responsable de la congrégation vaticane compétente, c’est-à-dire le cardinal Marc Ouellet, québécois, polyglotte, wojyilien et ratzingérien, bien que très adaptable (il a fait une tournée de discours au Canada pour encourager les évêques à adopter des directives en application de Amoris Laetitia, dont il a louangé la sagesse). Je croirais qu’il y a là une piste pour expliquer que les profils des nouveaux évêques chez vous ne ressemblent pas trop à ce qu’on observe ailleurs, à part un ou deux "buzz words" que vous relevez et qui doivent aider à faire passer les candidatures, sans égard à la signification qui leur est donnée.

repondre message

Un petit passage extrait des textes du concile Vatican II

C’est pourquoi le saint Concile enseigne que les évêques, en vertu de l’institution divine, succèdent aux Apôtres [51], comme pasteurs de l’Église, en sorte que, qui les écoute, écoute le Christ, qui les rejette, rejette le Christ et celui qui a envoyé le Christ (cf. Lc 10, 16) [52].

repondre message

A croire que l’Eglise n’a réellement existé que du temps de St Jean XXIII et du bienheureux Paul VI...
Que s’est-il passé en 1978 ? L’élection d’un pape, d’un saint pape qui a ouvert une ère nouvelle de la vie de l’Eglise à la suite de ses prédécesseurs.
Alors les tradis c’est pas bien, les charismatiques, c’est pas bien... Bref on dirait que tout ce qui respire la fidélité à notre Saint Mère l’Eglise vous fait horreur.

repondre message

Le bergoglisme est un péronisme 26 mai 07:22, par Jean-Luc Dalmasso

Voue écrivez : "Ce concept bergoglien – fourre-tout – permet aux esprits ouverts comme à ceux des plus fermés de se réclamer de l’évêque de Rome". On ne le redira jamais assez, François dirige l’Eglise comme Juan Perón dirigeait l’Argentine. Sa doctrine politique, le justicialisme, à laquelle Jorge Bergoglio adhérait, a su flatter et séduire tout le spectre politique argentin, de l’extrême droite à l’extrême gauche. On a vu ce que cela a donné...

repondre message

Pour contrer ceux qui veulent relativiser et atténuer l’infiltration fondamentaliste radicale et identitaire de faux chrétiens charismatiques :

PARAY LE MONIAL Ligue des droits de l’Homme :
Extrait :
> > >… Depuis sa fondation en avril 2014, notre section n’a eu de cesse de lancer des alertes contre les dérives identitaires des organisateurs de la Communauté de l’Emmanuel et de certains notables de la ville : celles de François-Xavier Bellamy lançant de Paray, le 3 juin 2014 (Forum Zachée) un appel à la reconquista et au martyre dans les banlieues ; celles de Dominique Rey, évêque de Toulon-Fréjus et patron de la Communauté de l’Emmanuel défendant dans le Figaro -contre les musulmans exclusivement- les frontières de la France et suggérant le renforcement des catholiques pour préserver les racines identitaires (7 sept 2015) ; celles du Maire de Paray, Jean-Marc Nesme, qui ne respecte pas, à notre avis, la neutralité de l’Etat lorsqu’il transforme à Noël l’entrée de l’Hôtel de Ville en chapelle catholique ; celles d’Hervé Thurin, directeur des FJT de Paray et de Chalon/Saône qui imposa pendant des mois, en 2017 et 2018, une forme d’esclavage moderne (travaux gratuits et maltraitances) à des mineurs africains isolés censés être musulmans (il y a eu un raté).> ….

http://site.ldh-france.org/paraylemonial/category/contre-les-identitaires/

Ne pas confondre musulmans et islamistes
Ne pas confondre chrétiens catholiques et protestants dérivants évangélico/charismatiques

repondre message

Le contenu de ces sessions n’a aucune importance. Tous les catholiques ne sont pas dans ces mouvements, loin de là, et il y a d’autres mouvements et associations qui ne font pas ainsi parler d’eux. Le bien ne fait pas de bruit... Sur RND j’ai entendu un jour une dame versaillaise qui prêchait des sessions sur le couple, avec son mari, depuis des années... avant d’apprendre que c’était un client permanent et assidu des prostituées. Cf aussi Dupont de Ligonnès qui allait à la messe avec sa femme et racontait à sa maîtresse qu’il n’en pouvait plus... sans rien changer jusqu’aux meurtres. Le contenu des enseignements n’est pas pris au sérieux par ceux qui les suivent : l’important pour eux, c’est l’entre-soi social, c’est de proposer des libellés nombrilistes qui ne risquent pas d’attirer des "indésirables" insuffisamment nantis et conservateurs. Les gens de bon sens quand ils lisent ces programmes, s’interrogent : "Mais, il n’y a pas de problèmes plus urgents ?" Or, rester entre gens qui n’ont pas de problèmes plus urgents est justement le but. Ils sont minoritaires mais ce qui est préoccupant, c’est qu’ils gagnent la guerre de la visibilité dans les medias, qui raffolent des caricatures.

repondre message

Fausses routes en tous genres : REY /l’Emmanuel/charismatiques/Paray le Monial...comme d’habitude :
http://site.ldh-france.org/paraylemonial/category/discriminations/

Section de Paray-le-Monial de la Ligue des Droits de l’Homme
Extrait (2017) :
Le CSA condamne France 2 pour son reportage sur les stages de masculinité au JT de 20 heures :

« CONCEPTION RETROGRADE ET MACHISTE DE LA PLACE DES FEMMES PAR RAPPORT AUX HOMMES » : C’est en ces termes que le CSA a condamné le 31 juillet, un reportage sur un camp de revirilisation des hommes (Camp Optimum) organisé par la Communauté de l’Emmanuel-Manif Pour Tous et semblable à ceux de Paray-le-Monial. Rappelons que c’est à l’initiative de Dominique Rey, évêque de Toulon-Fréjus et de son adjoint Pierre-Marie Guitton que de tels camps se répandent actuellement pour « corriger » une identité masculine considérée comme trop « soft » face à des femmes fortes de leurs droits nouveaux.
 » Le 29 mars dernier, France 2 diffusait au cours de son Journal de 20 heures un reportage intitulé « Stages : c’est quoi un homme ? ». Soit cinq minutes d’immersion dans l’un des stages de masculinité catholiques qui fleurissent en France − introduites par David Pujadas, qui nous apprenait que le patriarcat est fini depuis les années 1960…
Suivait une présentation du camp comme s’il s’agissait du dernier concept sympa de colonie de vacances, ces messieurs expliquant tranquillement leur vision rétrograde et sexiste du couple hétérosexuel. Dans cette séquence misogyne sans aucun recul, un jeune participant, venu en famille, expliquait par exemple ceci : « L’homme va être plus dans la force brute. L’image de la maison, c’est bien : l’homme va monter les murs, les trucs physiques, la femme va rendre ça beau et habitable. »
Le CSA a estimé qu’en proposant ce sujet sans davantage le contextualiser et sans commentaire critique explicite, que ce soit dans le cadre du reportage ou lors de son lancement, la chaîne avait diffusé une séquence présentant une conception rétrograde et machiste de la place des femmes par rapport aux hommes. »
Ci-dessous, notre communiqué du 20 octobre 2016 concernant le Camp Optimum de Paray-le-Monial : « Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin ».

COMMUNIQUE : NON, LE MASCULIN NE L’EMPORTE PAS SUR LE FEMININ !
Après le Parcours homosexualité en août, l’Emmanuel-Manif Pour Tous organise à Paray-le-Monial entre le 20 et le 24 octobre un « Camp Optimum » (ou « Camp Indomptable » ou « Camp au Coeur des Hommes »). Selon les vidéos enregistrées sur You Tube par leur fondateur, l’évêque de Toulon-Fréjus, Dominique Rey (« Sauvage au Cœur ») et un animateur, l’abbé de Maistre ( « La Voix du père »), on assiste à la mise en œuvre ...
Voir la suite, toujours sur le site :
http://site.ldh-france.org/paraylemonial/category/discriminations/

Autre extrait sur le même site :
<< Pourquoi un tel sujet, ici, à Paray-le-Monial ?
Le développement à Paray d’un militantisme homophobe, viriliste et antiféministe est lié à la présence de la Communauté de l’Emmanuel et à la mise en place, dès 2011, du premier Camp optimum à l’initiative de Dominique Rey, évêque de Toulon -Fréjus et chef de cette communauté d’où est issue la Manif Pour Tous. Depuis, trois camps ont été implantés à Paray entre 2014 et 2016 tandis que la Sainte Baume s’affirme comme un lieu de formation d’animateurs virilistes et antiféministes autour des thèses de l’américain John Eldredge et du français Tony Anatrella. Contre la loi sur le Mariage pour tous, c’est en 2015 qu’a été installé à Paray le premier « Parcours homoxexualité » autour des thématiques de « blessures et de guérison » et dans la ligne idéologique de l’association américaine Courage.
Par ailleurs, l’organisation dans la ville, de conférences lors des sessions d’été de la Communauté de l’Emmanuel, de retraites non mixtes qui s’échelonnent toute l’année constitue avec les parcours et les camps précités, un impressionnant dispositif destiné à la reconstruction des identités sexuelles diffusé aussi par ses clercs, ses séminaristes, ses conférenciers, ses écoles, ses associations (Teenstar, Courage…), ses journaux, ses livres et ses videos..... etc.,..

Cela complète un autre article de Golias paru récemment et montre que la France est bel et bien ’’travaillée’’ en profondeur par des idéologies qui, comme le dit le présent article, << ce nouveau christianisme, très à droite sur tous les plans, a transformé le catholicisme en idéologie prenant le contrepied de notre société, comme si le monde dans lequel nous vivions lui était étranger, devait être redressé. >>

C’était le but de la Nouvelle Evangélisation de Jean Paul II dans sa lettre aux dominicains :
http://w2.vatican.va/content/john-paul-ii/fr/letters/2001/documents/hf_jp-ii_let_20010711_order-preachers.html

repondre message

L’article donne lieu à de nombreux comms sur la place prise par les ctés dans l’Eglise. On parle de la "vulnérabilité" des gens qui sont attirés par la vie communautaire, le cléricalisme, etc. mais cette fragilité n’est pas un cas si général. Je crois qu’il s’agit, plus globalement dans l’Eglise, d’une tentative (mal ajustée à certains endroits) d’exister, de se positionner et de se retrouver, dans une société déchristianisée et souvent même anti-catholique (puisque les protestants ont une meilleure image en France, que les catholiques). De nombreux groupes paroissiaux permettent aussi cela, avec les mêmes avantages et les mêmes risques, la plupart ne font pas parler d’eux et les gens y sont souvent épanouis d’après ceux que je connais. Vivre dans une société qui nous dénigre facilement à coups de clichés n’est pas toujours facile, au travail ou en famille par exemple. Le monde a changé, et se retrouver souvent ou de temps en temps en communauté dans ce contexte, n’est pas dénué de bon sens en soi.

repondre message

"Plus le temps passe, et plus c’est pire."...
Jolie perle .. ;)

repondre message

Gino, vous avez oublié dans le décompte, le Vert de Ricard.
Parce qu’il est gratiné aussi celui-là, après s’être fait virer de Quimper.
Faudrait peut-être que Barbarin soit condamné au pénal en 2019, histoire de casser la spirale dérivante et réactionnaire ?

Je ne suis pas sûre que F1 signe sans savoir qui fait quoi.
Il reste réac lui aussi. Et engagé pour faire perdurer le système tel qu’il est. Sinon il n’aurait pas été élu pape.
Il fait beaucoup de comm pour faire croire qu’il va changer les choses, mais structurellement, politiquement et idéologiquement, on ne peut que constater la poursuite d’une politique réac à fond les manettes. Avec de temps en temps, comme des petits éclairs de lucidité, sans doute négociés avec l’OD.

Le problème est que la papauté est de plus en plus dépendante des groupes dérivants sectaires, qui reversent des sommes importantes mais aussi, donnent l’impression d’être actives religieusement. Je dis donnent l’impression car quand on examine de près ces groupes, on voit qu’il y a autant d’entrées que de sorties, et qu’après les révélations pédophiles, abus et autres joyeusetés criminelles, ces groupes voient leurs troupes baisser drastiquement.
Au plan stratégique, ils investissement de plus en plus dans des formules courtes, via leurs retraites psycho spirituelles, leurs camps masculinistes, leurs cures de pseudo guérison des homos...

Par contre, ils ont investi comme l’OD et d’autres tout le secteur des affaires et du secteur politique et financier.
Ce qui amène une radicalisation réactionnaire au plan social et politique. Ce qui est quand même le but principal de la manoeuvre.

Et c’est en partie ce qui leur permet d’avoir une certaine emprise auprès du Vatican et des épiscopats.
L’argent n’a pas d’odeur du moment que paroisses et diocèses restent sous la coupe cléricale dans une vision réac bien sûr...allons-y alonso...

Cette politique engagée dès le début du pontificat de JP2 et perpétuée jusqu’à aujourd’hui est en train de complètement achever la destruction de la crédibilité et de la légitimité institutionnelle cléricale.

Car elle amène de plus en plus de croyants victimes de ces groupes communautaires dérivants et sectaires à monter au créneau, porter plainte, et se grouper avec d’autres pour petit à petit mettre l’institution dans son ensemble en procès national, voire international.

Ce n’est pas seulement l’Eglise de France qui fait fausse route, c’est l’institution générale qui s’égare dans des associations criminelles et dérivantes et n’est à aucun moment en capacité d’admettre ses responsabilités criminelles, sauf quand elle est poussée dans ses retranchements et encore...

L’autre jour, j’ai trouvé un excellent résumé d’un super bouquin d’historien français, Jean-Paul Scot, sur la laïcité à la française et la séparation de 1905 : l’état chez lui, l’église chez elle (reprise de la citation de Totor Hugo).
C’est super éclairant de lire ça car on comprend mieux je trouve, ce qui se passe aujourd’hui et pourquoi on aboutit à cette situation actuelle au sein de l’Eglise puisque c’est la perpétuation de ce qui s’est passé depuis la fin du 19ème siècle.

Donc je vous passe le document. Ca peut intéresser aussi différents lecteurs ici. Il me semble qu’on comprend mieux pourquoi l’institution cléricale reste réactionnaire et tente d’imposer une vision théocratique à laquelle elle n’a jamais renoncé et qu’elle cherche à réactiver dans différents groupes religieux fondamentalistes, dérivants et sectaires.

https://journals.openedition.org/chrhc/702

J’ai passé le lien à des collègues profs d’histoire en collèges et lycées car ça peut leur être utile s’ils abordent le sujet en cours. Il me semble que ces infos devraient être connues de tous et toutes.
Car c’est quand même le coeur du coeur de notre cohésion sociale et nationale. Et c’est rare que soient aussi bien dites et aussi simplement les choses.

Bon week-end à vous et à tous !
En espérant que la météo soit au rendez-vous.

repondre message

Merci pour votre analyse ! Elle me met du baume au cœur !

L’Eglise de France commence à se redresser ! :)

De toute façon, ils n’ont plus ni jeunes ni vocations : les "cathos de gauche" hétérodoxes ont perdu

repondre message

Bonjour,
je ne suis pas certain que le fait de critiquer sans arrêt les prêtres et les évêques fasse beaucoup avancer la situation de l’Eglise de France. A force de tout critiquer, vous oubliez l’essentiel : le Christ.
Au fait à Golias : vous êtes catholiques romains ?
A force de lire vos théories anticléricales, hétérodoxes voire hérétiques, on peut se poser la question...

repondre message

| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2018 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune