Parution : 27 août 2018
Il y a cinquante ans : Humanæ vitæ

Dans une interview donnée, le 5 mars 2014, au « Corriere della Sera », le pape François déclarait au sujet d’Humanæ vitæ (désormais HV) : « Tout dépend de la manière dont l’encyclique HV est interprétée. Paul VI lui-même, à la fin de sa vie, recommandait aux confesseurs d’être très miséricordieux et attentifs aux situations concrètes. Mais sa génialité a été prophétique, il a eu le courage de se dresser contre la majorité, de défendre la discipline morale, de faire jouer un frein culturel, de s’opposer au néo-malthusianisme présent et futur. La question n’est pas celle d’un changement de doctrine, mais d’un travail en profondeur, qui fasse en sorte que la pastorale tienne compte des situations et de ce que les gens sont en mesure de faire. »

36 commentaires
En pied de l'article.

La tristement célèbre encyclique Humanæ vitæ, publiée par Paul VI à la fin de juillet 1968, vient d’avoir cinquante ans. Rappelons qu’elle condamnait la contraception en affirmant « le lien indissoluble que Dieu a voulu entre union et procréation » (n° 12). Seules les méthodes dites naturelles étaient légitimes ; quant aux méthodes artificielles, elles ouvriraient la voie à « l’infidélité conjugale et à un abaissement général de la moralité » ; elles feraient considérer la femme comme « un simple instrument de jouissance » (n° 17). Enfin, elles seraient une arme dangereuse aux mains d’autorités publiques. Si ce dernier argument était fondé, les femmes ayant usé de la contraception en France et ailleurs apprécieront les autres…

Une toute petite minorité de couples catholiques se rallia à l’enseignement de Paul VI, mais la masse des fidèles obéit bien plutôt à sa conscience, d’autant plus aisément que de nombreux épiscopats européens publièrent des « notes pastorales » apaisantes. Ainsi l’épiscopat français écrivait : « La contraception ne peut jamais être un bien. Elle est toujours un désordre, mais ce désordre n’est pas toujours coupable » (n° 16). Et la presse ne manqua pas de répercuter la bonne nouvelle.

Vint Jean-Paul II. Pour le vingtième anniversaire de l’encyclique, devant un congrès international de théologie morale, le 12 novembre 1988, le pape polonais renforçait encore l’autorité d’Humanæ vitæ en déclarant que cette doctrine n’a pas été inventée par l’homme mais « inscrite par la main créatrice de Dieu dans la nature même de la personne humaine et a été confirmée par lui dans la Révélation ». Humanæ vitæ est-elle donc infaillible ? Les évêques durent se taire. Benoît XVI reprit le discours de son prédécesseur et, faute de popularité auprès des catholiques, on s’habitua à parler d’une encyclique « prophétique » !

Mais aujourd’hui ? Il semble bien, en écoutant les rumeurs venues de Rome, que le pape François s’interroge : que faire d’Humanæ vitæ ?

[Pour aller plus loin : découvrez l’ensemble de notre dossier dans Golias Hebdo n°538 : http://golias-editions.fr/article5555.html]

36 commentaires
Il y a cinquante ans : Humanæ vitæ 9 septembre 2018 16:53, par Julie Gorbiane

Je suis un peu surprise de voir, sous un article qui parle de la contraception artificielle, voir reprendre les poncifs sur la pédophilie. C’est un sujet, mais en l’espèce ce n’est pas le sujet.
La contraception artificielle avait été "vendue" comme un élément qui favoriserait la stabilité et l’équilibre dans le couple. Les enfants seraient plus aimés parce qu’ils seraient plus désirés, et même ça devait limiter le recours à l’avortement.
Or d’une part on constate que le recours à l’avortement n’a pas diminué (stable à environ 200.000 par ans) d’autre part on constate que les enfants ne sont pas mieux traités qu’autrefois : on ne note pas un plus grand épanouissement de l’enfance, les choses sont restées inchangées. Et quant à ce qui est de la stabilité et de l’équilibre du couple, le moins qu’on puisse dire c’est que c’est plutôt le contraire : les taux de divorce n’ont cessé d’augmenter depuis les années 1970. Même si bien entendu s’il n’est pas question d’attribuer cette hausse à la seule contraception artificielle, il est clair qu’elle y a un rôle. La contraception naturelle (bien plus écologique soit dit en passant) suppose la responsbilisation des DEUX membres du couple : il faut calculer les périodes de fertilité, il faut convenir de s’abstenir aux périodes féconde, tout cela suppose et donc renforce la communion et le service au sein du couple, parce que ça ne marche que si les deux coopèrent vraiment intimement.
Voilà pour ce qui est des individus. Pour ce qui est de la société, elle vieillit. Des sujets aussi simples que le financement de nos retraites (et donc la hausse de l’âge du départ à la retraite), tiennent au fait que nous n’avons pas fait assez d’enfants pendant les 50 dernières années. Ca crée un appel d’air dans lequel s’engagent bien entendu les migrants d’autres régions du monde, ce qui cause d’autres déséquilibres et d’autres angoisses. Il est amusant de constater que nos "chrétiens de gauche" s’angoissent de ce que la société est de moins en moins dynamique, de moins en moins flexible, de plus en plus conservatrice : mais à quoi peut-on s’attendre d’une population vieillissante ? en temps normal les jeunes sont suffisamment nombreux pour équilibrer la tendance des vieux à l’immobilisme, nous avons perdu cet équilibre.
Je passe sur les conséquences à long terme sur la santé des femmes du fait que pendant leurs décennies de fécondité elles se sont bourrées d’hormones. Et quand à leur équilibre personnel, croire que l’on est capable de faire des choix qu’on ne regretteras pas lourdement ensuite en matière de contraception est évidemment une erreur car on prend sur le court terme une décision qui engage long terme. A 20 ans on veut "vivre un peu" avant de faire des enfants, à 30 ans on ne veut pas sacrifier sa carrière. A 35 ans l’horloge biologique se bloque rapidement. A 40 ans on est arrivée professionnellement...mais aussi on est arrivée au point où on regrette de ne pas avoir eu d’enfants ou pas tous les enfants qu’on aurait voulu.
Laisser faire la nature tout en la contrôlant naturellement aurait sans doute été préférable. Ce n’est pas par hasard que le Créateur a fait que la femme n’est pas féconde tout le temps, mais seulement de temps à autre. On peut raisonnablement penser que c’est parce qu’il a voulu que l’homme et la femme (ensemble) puissent contrôler leur fécondité. Quant aux enfants qui arrivent sans avoir été prévus, c’est souvent la meilleure surprise que la vie nous réserve, même si on met quelques années à s’en rendre compte.
C’est bien la peine de parlet d’écologie à tout bout de champ si on n’en tire pas des conclusions quant à l’écologie humaine. Si vraiment on pense que l’ordre naturel (qui est aussi l’ordre divin si on pense que Dieu est l’auteur de la nature) est un ordre qu’il ne faut pas perturber inconsidérément, il faudrait peut-être commencer par ne pas le perturber dans nos propres vies. Le fait pour la femme d’être féconde n’est pas une maladie. Prendre un "médicament" pour provoquer artificiellement la stérilité est bien contestable. Paul VI avait bien raison à ce sujet et je suis de celles qui pensent que son encyclique était prophétique.

repondre message

Il y a cinquante ans : Humanæ vitæ 30 août 2018 19:24, par Françoise

Ce qui est particulièrement terrible pour cet anniversaire, c’est qu’il correspond à 3 ans près à la décision de P6 de ne plus sanctionner ni faire soigner ni dénoncer les prêtres pédophiles mais les déplacer et mettre la pression sur familles et victimes pouvant dénoncer ces prêtres criminels.
Ca correspond à une bascule du deux poids deux mesures :

- d’un côté le laxisme pour des prêtres criminels pédophiles avec un arrêt des traitements psy dans les centres spécialisés mis en place par Gerald Fitzgerald en 1947 et dispatchés non seulement aux US mais un peu partout dans les pays cathos (y compris un en France dont on ne connaît toujours pas la localisation). P6 malgré les avertissements de gravité criminelle et des risques majeurs pour les enfants, les risques fort de multiplication de victimes et de prédateurs, P6 met Fitzgerald à la retraite et place un autre responsable plus accommodant qui lui permet juste de se servir des centres de traitement comme planques momentanées pour mise au vert des prêtres pédophiles, en attendant un reclassement rapide dans un autre diocèse au mieux, au pire dans une autre région ou un autre pays.

- de l’autre la grosse rigueur vis à vis des fidèles en général sur leur sexualité. Pas de contraception autre que naturelle, pas de préservatif, pas d’avortement, pas de divorce, pas d’union libre, pas de sexe hors procréation. Qu’heureusement, les fidèles pour la plupart, ont pris par dessus la jambe.

Quand on y pense, c’est juste énoooooorme en terme d’approche et de temporalité sur des questions très proches. Et on est loin d’être sortis du paradoxe mortifère.

Au final,le constat au bout de cinquante ans, c’est une société civile des croyants qui a moins dérivé globalement que les clercs. Et Humanae Vitae n’y est strictement pour rien.

Alors que tirer comme conclusion ?
Qu’à force de prétendre traiter différemment clergé et croyants, ça a fini par retomber lourdement sur le clergé.
Parce que les croyants, on la leur fait plus.
Ils ont assez morflé durant tant de siècles (principalement femmes et enfants), tant en terme d’abus, de viols, de mariages forcés, de professions religieuses forcées, de violences conjugales, d’inceste, de vols et vente de bébés, de vente d’enfants comme main d’oeuvre quasi gratuite et permanente de l’industrie,subi combien d’instrumentalisations de la pauvreté, du handicap, de la maladie, pour s’émanciper au moins sur ces questions personnelles et intimes vis à vis de la religion.

Mais les groupes dérivants sectaires ont toujours un enseignement issu de Humanae Vitae. Je pense au Renouveau Charismatique (toutes tendances) mais qui n’est pas le seul groupe à marteler Humanae Vitae à ses membres. Pour autant, quand on voit les dérives et les blessures, on peut pas dire que cette encyclique a épanoui les gens.
D’autant que celles et ceux qui sont dans cette ligne aujourd’hui, avaient déjà été pour partie, éduqués avec des livrets d’avant Humanae Vitae : je pense en écrivant cela au fameux petit fascicule daté de 1951 que ma mère m’avait remis à 15 ans et dont je devais m’inspirer paraît-il pour être une bonne épouse bien soumise et bien comme il faut : le code du bonheur ou l’art d’être heureux en ménage.
Et depuis l’OD, les Béatitudes, l’Emmanuel, Daniel Ange et autres groupes dérivants sectaires ont apporté leur lot de littérature sur le sujet. Parfois de façon très agressive et prosélyte.
Aujourd’hui la mode est au trucage et à des livres écrits en duo (prêtre et intervenant laïc identitaire branchouille). Pour autant, le message passe-t-il réellement en dehors d’une coterie ultra minoritaire, qui de toute façon, au nom de la famille et de la tradition patriarcale, n’avait pas besoin de ce genre de prose ? Je n’ai pas l’impression.
Pire, il n’a cessé d’être ridiculisé.
Et plus drôle, même dans les familles les plus corsetées, quand vous écoutez dans le train des pélés certains jeunes bien comme il faut, y a pas vraiment de différences d’avec le reste des jeunes. Pour ça d’ailleurs que même les JMJ sont devenus prétexte à gaudriole générale.
Comme quoi, chassez le naturel... ;-)))

repondre message

Il y a cinquante ans : Humanæ vitæ 29 août 2018 22:02, par gras

Aujourd’hui ….l’Eglise Catholique a plutot fort à faire avec les mœurs perverses de son clergé et ses conséquences dramatiques pour tant d’enfants..….
et peut oublier facilement les habitudes contraceptives de ses fidèles condamnées par Humanae-Vitae...fidèles qui d’ailleurs au fur et à mesure des années et des scandales si nombreux de cette Eglise, ont desertés à juste raison les confessionaux et sacristies !
Le début de la fin ….pour une Eglise Catholique si habituée à facilement condamner et rejeter tant d’hommes et de femmes,en se drapant dans une autorité morale qui n’est que virtuelle et qu’on voit bien souiller aujourd’hui par les pratiques sexuelles néfastes de son clergé indigne !

repondre message

| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2019 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune