Parution : 27 octobre 2018
Les confessions de Mgr X

C’est un événement. A quelques semaines de l’Assemblée plénière de la Conférence des évêques de France (CEF), un évêque français s’exprime longuement, sur tous les sujets quand bien même il ne fut pas possible de les aborder tous. Sans tabou. C’est d’ailleurs ce qui explique l’anonymat de notre évêque, toute langue de buis ayant été évitée. Non sans courage, « Mgr X. » – comme nous l’avons rapidement appelé entre nous – ne cache ni l’état de fatigue qui s’est emparé de lui, ni ses craintes au sujet de l’épiscopat français, divisé comme jamais.

2 commentaires
En pied de l'article.

Réalisé cet été, au moment où l’Eglise entrait dans une des pires crises de son histoire, Mgr X. a dès l’abord pris fait et cause pour le pape argentin, qu’il estime entouré de serpents. De fait, les bombes explosent de tous les côtés et décrédibilisent l’Eglise aux yeux de l’opinion : abus sexuels en cascade ; pamphlets de l’ex-nonce apostolique aux Etats-Unis, Mgr Viganò ; pétition réclamant la démission du cardinal Barbarin et recueillant plus de 100.000 signatures ; homélie consternante de Mgr Cattenoz lors de l’ouverture du dernier Festival d’Avignon ; glissement progressif de l’épiscopat vers son extrême droite… La tunique de Pierre se déchire et les conflits éclatent sur tous les fronts ; dans ce contexte, François a besoin de soutiens : Mgr X. est de son côté. En revanche, en ce qui concerne l’épiscopat français en général, rien n’est moins certain, la plupart observe ce qui se passe et se livre aux petits calculs… Chacun veut s’asseoir à la meilleure place et sûrement pas à la dernière !

Ce qui donne un accent terrible aux confessions de Mgr X., c’est de sentir la lassitude qui l’accable face à ce spectacle désolant d’une Eglise au bord du gouffre, d’une hiérarchie qui semble vouloir tout faire pour maintenir des structures dépassées pour les temps que nous vivons. Mgr X. voudrait que l’épiscopat français se montrât davantage créatif mais il note aussi que le système romain, étouffant, empêche toutes les audaces. C’est également pour cela que nous devons faire avec des évêques émollients, qui ont choisi de baisser les armes devant les forces internes dans l’Eglise avides de pouvoir, ardentes et vitupérantes, que Mgr X. sait nommer (c’est également la raison pour laquelle l’anonymat apparaissait nécessaire). L’homme ne manque pas de vision, de culture, d’expériences – sans en faire étalage par ailleurs –, un évêque qui semble vivre comme ses diocésains et qui, fait rare, n’a jamais cherché à devenir évêque… Un homme passionné d’Evangile, un veilleur qui n’a pas oublié la Béatitude de Luc (12, 37) : « Heureux ces serviteurs que le maître à son arrivée trouvera en train de veiller. En vérité, je vous le déclare, il prendra la tenue de travail, les fera mettre à table et passera pour les servir. » Un prélat qui ne s’était jamais exprimé dans nos colonnes et qui ne le fera peut-être jamais plus (de manière anonyme ou non), tant la fatigue de cette situation et la division de l’épiscopat français l’incitent de plus en plus à se mettre en retrait.

Il était difficile de faire un choix dans cette conversation à trois ; nous avons opté pour quelques passages forts (qui sont légion dans cet ouvrage), des réponses qui nous surprirent ou enchantèrent, exemples de cette franchise et de cette absence de langue de buis qui traversent ce livre rare et exceptionnel à plus d’un titre. Il est vrai que quantité de sujets ont été évoqués (abus sexuels, affaire Barbarin, François et la Curie, les paroisses, le Renouveau charismatique…), il était difficile, dans ces bonnes feuilles, de les déplier tous. Cependant, le lecteur se fera facilement une idée du ton et de l’ambiance qui présidèrent ces entretiens. Un point est à préciser, cependant. Mgr X., sans doute découragé, n’est pourtant pas désespéré : l’espérance est là et bien là, comme si parler l’avait sorti de sa torpeur, l’avait re-suscité. Comme quoi, échanger, parler de ses difficultés, donc dialoguer, c’est déjà guérir. Merci,
Mgr X. Pour aller plus loin : http://golias-editions.fr/article5565.html

2 commentaires
Les confessions de Mgr X 5 novembre 2018 22:26, par Nathanaël

J’ai lu le livre-interview de Mgr X. Il a bien fiat de demander l’anonymat, non pour se protéger (encore que...) mais pour donner plus de poids à ce qu’il dit. Si son nom avait paru, il aurait fait les titres dans la presse et le buzz médiatique se serait centré sur lui au détriment du fond de sa pensée.
Je n’ai pas été surpris de ce que dit MgrX. Depuis longtemps, je pense que les évêques de France manquent de courage pour dire la vérité. Peur de scandaliser le bon peuple. Peur de déplaire à Rome, c’est-à-dire à la Curie dont on découvre chaque jour quel panier de crabes elle constitue. Peur pour leur poste peut-être (parler vrai comme Jacques Gaillot et être marginalisé). Peur de l’avenir à cause du manque de prêtres.
A propos des prêtres ! Si les séminaires se vident, serait-ce que les jeunes actuels ne répondraient pas à leur vocation par manque de générosité ? Non bien sûr. Le concept de vocation tel que conçu encore actuellement est un concept vide. Dieu n’est pour rien dans cette affaire et n’appelle personne en particulier. Il faut en finir avec cette idée que Dieu interviendrait dans nos vies personnelles, aurait un "plan" sur chacun et appellerait tel ou tel, telle ou telle à un ministère ou un type de vie particulier. La vocation ne peut être qu’une affaire humaine : un évêque appelle, con-voque (vocation, du latin vocare=appeler) quelqu’un pour un ministère. Voilà le réel. Donc, s’il n’y a pas assez de prêtres, c’est que les évêques n’ont pas le courage d’appeler des hommes (ou des femmes, bien sûr) à devenir prêtres. Car ils n’ont pas le courage de s’opposer à la Curie. Et par le fait, laissent les communautés dépérir, tout cela pour ne pas changer une tradition vieille de quelques siècles seulement (12° siècle en gros).
Connaissez-vous cette boutade : pour devenir évêque, une unique condition : accepter d’aller pisser aux heures prévues par Rome !

repondre message

Les confessions de Mgr X 30 octobre 2018 11:03, par Marinette

Dans l’interview, vous parlez de Mgr Castet. Mais d’autres sont dans ce cas. J’ai fréquenté un temps la paroisse de Mgr Thibault Verny. Il est pareil :rigidité, fermeture, enseignement pauvre, comportement autoritaire et bizarre. Une responsable laique m’a recommandé d’éviter de demander des conseils à Verny car "il n’était pas converti et se sentait mieux dans son milieu" (bourgeois). Je pense que les paroissiens modestes étaient poussés vers la sortie par certains comportements. Les laïques en responsabilité qui se livraient à certains abus étaient systématiquement couvertes.
Je pense que la hiérarchie était au courant mais cherche justement ce genre de profil rigide et autoritaire...

repondre message

- Dans la rubrique: L’info du jour de GOLIAS
Gino Hoel
Parution : 18 janvier 2019
Parution : 9 novembre 2018
Parution : 2 novembre 2018
Parution : 27 octobre 2018
Parution : 5 octobre 2018
Parution : 20 septembre 2018
| © Le site officiel de GOLIAS pour les informations d’actualité 2009-2019 | Fait avec : SPIP et Thélia plugin thelia |

| Courriel à la Rédaction | RSS RSS | Adresses Postale et bancaire | Mentions légales | à propos de Golias |

article jeune